Translation 
Projet pilote sur la littératie en santé organisationnelle à Lantin 

Le projet Translation, soutenu par la Fondation Roi Baudouin, est un projet pilote autour d’une réflexion sur l’organisation de la communication carcérale au sein de la polyclinique de la prison de Lantin, en collaboration avec l'administration pénitentiaire. Il sera mis en œuvre entre l’été 2022 et fin décembre 2023.

Translation.bmp

Des canaux de communication seront retravaillés pour qu’ils soient « health litterated » et adaptés aux besoins spécifiques des personnes incarcérées. Il sera mené en collaboration avec ces dernières, les professionnel·les travaillant en prison, un·e graphiste, des interprètes ainsi que l’asbl Cultures&Santé. Une attention sera portée à la création d’outils et de canaux de communications réalistes et adaptés aux réalités carcérales actuelles. Notre objectif est également que ces nouveaux outils puissent ensuite être utilisés dans l’ensemble des prisons belges.

Au vu des origines culturelles (notamment les barrières linguistiques), du faible bagage éducatif (beaucoup ne savent pas lire ou écrire) et du profil socio-économique d’une part importante de la population détenue, la communication essentiellement écrite au sein des prisons renforce les inégalités sociales envers un public déjà largement porteur de facteurs de vulnérabilités.


Introduire le concept de littératie en santé organisationnelle en prison implique de repenser la communication en prison pour les personnes ayant besoin d’aide et de soins. Ceci relève de plusieurs enjeux sociétaux de réinsertion, de lutte contre les inégalités sociales de santé, de respect des droits humains et de santé publique. 


Fournir des informations claires et fiables concernant les soins de santé (le consentement éclairé du·de la patient·e, les dépistages, vaccinations, prises des traitements, etc.), tout comme les droits de visite ou sur la situation juridique, constituent des éléments essentiels au respect des droits des personnes détenues. La continuité des soins, un accompagnement socio-juridique de qualité et le maintien des relations sociales extérieures (familles/amis), et donc une sortie de prison « réussie », en dépendent.