Le 28 juillet, c’est la journée mondiale contre l’hépatite

Pour éradiquer cette maladie, l’OMS (World Health Organization (WHO) recommande de mettre en place un dépistage des personnes potentiellement exposées à un risque d’infection accru, et notamment les personnes détenues ou les personnes ayant été incarcérées dans le passé.

Ambition : augmenter l’accessibilité aux soins pour un groupe vulnérable

Le milieu carcéral compte un groupe cible crucial et particulièrement vulnérable dans la lutte contre l’hépatite C. En effet, selon différentes sources, l’hépatite C y reste encore aujourd’hui près de 7 fois plus présente qu’en dehors des prisons. Les études montrent qu’au moins 4,6 % de la population carcérale belge aurait une infection par le VHC, soit 506 patients. Pour atteindre l'objectif d'élimination, nous devons trouver et traiter au minimum 70 patients dans les prisons chaque année.

A ce stade, tout indique qu’encore aujourd’hui, les personnes détenues et prévenues ne disposent pas de soins de santé équivalents à ceux au dehors des prisons, ce qui non seulement enfreint les législations internationales ainsi que la loi belge, mais représente également un problème dans la lutte contre les maladies infectieuses telles que le VHC.

Stratégie : traiter les causes profondes

Dès maintenant, il est impératif qu’un screening systématique de toustes les détenu·es et prévenu·es, à leur entrée, mais aussi à leur sortie de prison soit mis en place et ce par l’intermédiaire de Tests Rapides d’Orientation Diagnostiques.

Ensuite, au niveau institutionnel, nous soulignons le caractère urgent du transfert de la responsabilité de la santé des prisons du SPF Justice vers le SPF Santé publique et demandons que tout soit mis en œuvre pour que cette réforme soit finalisée au plus vite.

Il serait également utile de pouvoir travailler avec des équipes mobiles qui viennent intervenir dans les établissements, initier des traitements et assurer le suivi.

 

A partir du moment où l’on teste, il faut aussi systématiquement traiter les personnes positives - sans distinction concernant le statut juridique des personnes détenues (ou prévenues), même à un stade précoce de la maladie, et ce afin d’endiguer la propagation à la source.

 

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le document de vision pour éliminer le VHC dans le milieu carcéral ainsi que le communiqué de presse du 27 juillet 2022, rédigés par la Coalition VHC.

I.Care se mobilise à l'occasion de la journée mondiale contre l'hépatite

Afin de mieux faire connaître cette maladie et encourager les personnes au dépistage, nous avons réalisé une banderole que nous disposerons dans le préau de la prison de Berkendael. 

Le Réseau Hépatite C a accompagné les travailleuses d'I.Care dans ce même préau le lundi 25 juillet, afin de sensibiliser les femmes incarcérées, et répondre à toutes les questions relatives à cette maladie. 

À Marche-en-Famenne, les travailleuses d'I.Care mèneront un atelier basé sur le jeu « vrai ou faux : les ist », permettant notamment de sensibiliser les femmes aux questions concernant les hépatites.

D'autres actions locales sont prévues ultérieurement dans les autres établissements dans lesquels nous exerçons.